GRANDE SYNTHE MAGAZINE – TERRAOTHERM® installe son siège social à Grande-Synthe

15 octobre 2016

Qui dit “start-up”, imagine des surdoués de l’informatique découvrant un filon numérique. Et si un système basé sur des bons vieux tuyaux pouvait révolutionner le monde industriel? 

C’est une belle nouvelle annoncée au coeur de l’été, l’entreprise TERRAOTHERM® a choisi d’implanter son siège social à Grande-Synthe! Un symbole fort illustrant la synergie engagée par la Ville et, à travers l’incubateur Euraénergie, la Communauté Urbaine de Dunkerque, pour favoriser toute la filière permettant de produire une énergie propre ou de générer des économies de calories, donc moins de CO2 et de gaz à effet de serre dans l’air!
C’est un vrai message de collaboration en bonne intelligence entre la ville et l’entreprise, qui aurait pu préférer Lille où elle avait déjà des bureaux, de s’installer sur Grande-Synthe. 
Très sensible à la lutte contre le réchauffement planétaire, la Cille avait souhaité très vite servir d’expérimentation (dans la serre municipale) au procédé ingénieux (pas moins de 7 brevets déposés!) mis au point par le couple à l’origine du concept. 

Depuis le Grand Prix “des bonnes nouvelles du territoire!” attribué en juin par le Fondation MMA, le couple à l’origine de cet échangeur thermique met le turbo et la presse embraye. 

Concilier écologie et économies, des emplois à la clé
Si l’écologie n’est pas toujours le premier argument pour convaincre, tous les prospects et clients sont forcément sensibles… aux économies possibles. Or, l’échangeur transforme l’air chaud et la vapeur d’eau en énergie réutilisée in situ soit environ 60% de baisse de la facture pour une piscine par exemple. 
Après les collectivités, c’est le monde industriel, gros émetteur de gaz et de vapeur d’eau surtout sur le Dunkerquois, d’où aussi le choix de se conforter ici que vise la jeune société. Le recyclage de l’énergie thermique est sans conteste une piste à développer pour atteindre les objectifs de la COP21, organisée l’hiver dernier. 

Lire l’article en intégralité

Retour aux actualités