DUNKERQUOIS – TERRAOTHERM® a-t-il inventé le chauffage de demain, qui divisera la facture par deux?

27 août 2014

Ici, pas de combustible ni de risque de fuite de fluide réfrigérant. Avec son nouvel échangeur thermique eau-air, qui se déclenche à l’aide d’un thermostat, comme un chauffage classique, TERRAOTHERM®, société basée dans la ruche d’entreprises de Saint-Pol-sur-Mer, est capable de chauffer ou de refroidir l’air extérieur et de l’apporter dans vos locaux. En clair, fini le gaz pour se chauffer, et surtout, fini les grosses factures qui, selon Audrey Keunebrock, présidente de TERRAOTHERM®, baisseront de 30 à 70% selon les utilisations. 

Le système dit de “ventilation tempérée” mis au point par TERRAOTHERM®, qui est peu encombrant (un mètre de haut), fonctionne grâce à une cuve d’eau dont la température est quasi-constante tout au long de la journée par géothermie. Cette stabilité de la température (entre 12 et 15°, été comme hiver, de jour comme de nuit) est exploitée par un échangeur qui aspire l’air vicié (c’est-à-dire celui qui contient des polluants d’intérieur de type acariens, poussières, taux d’humidité élevé, etc.) pour le remplacer par un air sain, et ce, quelles que soient les conditions météo. 
“Ce système permet de renouveler l’air sans surcoût de chauffage. Pour une installation à domicile, par exemple, il suffit de remplacer l’échangeur classique par notre échangeur. C’est exactement comme si on échangeait un moteur d’une voiture pour avoir de meilleures performances, sans toucher à la carrosserie ni au reste”, résume Audrey Keunebrock. 

Usages professionnels
Selon la présidente de TERRAOTHERM®, l’énergie consommée par ce nouveau système, qui est comparable à celle d’une ventilation simple flux, est donc moindre “et les coûts de chauffage ou de refroidissement baissent de 30 à 70%, selon les utilisations”. Mais en attendant une installation chez le particulier, l’échangeur mis au point par TERRAOTHERM® achève actuellement sa phase de tests au lycée horticole de Dunkerque, où un pilote a été installé dans une serre de 120m2 voilà tout juste un an. 

Lire l’article en intégralité 

 

Retour aux actualités